Partagez l'article !Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Share on LinkedIn3Pin on Pinterest3Share on StumbleUpon1Share on Tumblr0

Urbee2

Lorsque l’on se penche sur le futur de l’industrie automobile, on pense aux véhicules à hydrogène, aux véhicules à conduite autonome, aux véhicules ultra-connectés… Mais qui pourrait s’imaginer une voiture tout droit sortie d’une imprimante ?

C’est ce que sont en train de développer les sociétés Kor Ecologic et Stratasys, avec le projet Urbee 2. Il s’agit là de la toute première voiture dont la structure est entièrement fabriquée via la technique de production par couches additives (les couches de matériaux sortent de l’imprimante et se superposent les unes après les autres, ce qui mène à l’obtention de la forme en 3D).

Tout d’abord, cette voiture du futur se veut écologique et économe : Urbee 2 roulera à l’énergie hybride (essence et bioéthanol) et la consommation sera de 1,18 l/100 km sur autoroute et 2.35 l/100 km en ville.
Mais plus qu’une révolution écologique, cette nouvelle technique de construction en impression 3D représente surtout un formidable moyen pour les constructeurs automobiles de booster leur productivité tout en réduisant les coûts de production.

Selon les calculs de Stratasys, un véhicule imprimé ne nécessiterait que 36 jours de fabrication pour un coût de 75000 dollars contre 85 jours de fabrication et 99 000 dollars pour un véhicule classique. Soit une économie de 25% et une réduction du temps de fabrication de 57%.

Jim Kor montre la maquette d'Urbee 2
« La technologie FDM (modélisation par dépôt de fil en fusion) nous permet d’éliminer des pièces, de diminuer le processus d’assemblage et le travail manuel. Prenons l’exemple d’une course automobile : éviter de sortir la boîte à outils peut s’avérer un véritable avantage ! », s’enthousiasme Jim Kor, le designer en charge du projet.
Le premier essai sur route d’Urbee 2 est prévu dans deux ans, sur un trajet San Francisco – New York avec pour défi de ne pas dépasser les 37 litres de consommation de bio-éthanol. Quand à une éventuelle production de masse, la date n’est pas encore au calendrier.

Article proposé et rédigé par Lisa Labate, merci pour sa contribution.

Partagez l'article !Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Share on LinkedIn3Pin on Pinterest3Share on StumbleUpon1Share on Tumblr0