Vous en avez assez de votre moniteur PC de plus de 10 ans qui ne répond plus à vos attentes pour le jeu ? Comme vous ne disposez pas d’un budget illimité, vous comptez privilégier un modèle inférieur à 300 euros ? On peut dire que vous êtes tombé sur le bon article ! Dans celui-ci, nous allons en effet vous présenter trois erreurs communes à éviter au moment de choisir un écran PC pour le gaming en 2024.

Prendre un écran avec des dimensions trop importantes

C’est un fait : les prix ont considérablement baissé ces dernières années pour ce qui est des écrans d’ordinateur si on s’arrête sur le critère de la taille. Le constat est d’ailleurs le même pour les télévisions 4K, ce qui pousse les constructeurs à proposer des diagonales toujours plus importantes. De fait, il est tentant de choisir un moniteur PC de 32 pouces ou plus puisque cela reste abordable.

Le problème, c’est que si vous n’avez pas le recul nécessaire, vous risquez d’avoir quelques difficultés pour balayer entièrement l’écran avec vos yeux. Résultat : vous louperez certains éléments importants, ce qui risque de réduire vos performances durant le jeu. Et pour les titres très compétitifs comme Counter Strike ou LOL, cela ne pardonne pas !

Ainsi, nous vous conseillons plutôt de vous tourner vers un modèle d’écran PC avec une diagonale de 27 pouces, ce qui suffit largement s’il est placé sur un bureau classique. Vous en trouverez notamment chez Cybertek dans des tarifs très abordables.

Ne pas s’intéresser à la fréquence de rafraîchissement

Si vous achetez un moniteur PC haut de gamme (plus de 500 euros), vous êtes quasiment assuré d’avoir un excellent taux de rafraîchissement (144 Hz ou plus). Par contre, il faut reconnaître que c’est assez aléatoire pour les modèles d’entrée de gamme  vendus à un prix inférieur à 200 euros. Il n’est pas garanti en effet que vous ayez mieux que 75 Hz, ce qui peut causer des problèmes durant le jeu.

C’est d’autant plus vrai si votre carte graphique permet de délivrer plus de 100 images par seconde sans broncher puisque des problèmes de tearing finiront inévitablement par apparaître. Et ce n’est pas l’intelligence artificielle qui résoudra ce problème ! Par conséquent, vérifiez bien que l’écran gamer qui vous intéresse propose 120 Hz ou plus.

Ne pas tenir compte de la technologie de synchronisation

Autre point assez sensible : la technologie de synchronisation supportée par l’écran. Les meilleurs sont compatibles avec AMD FreeSync Premium et Nvidia G-SYNC. Sauf que là encore, pour ce qui est de l’entrée de gamme, c’est plus souvent soit l’un, soit l’autre. Ce qui fait que si vous disposez d’une carte graphique Nvidia par exemple, il vous faudra absolument un écran compatible G-SYNC et inversement. Et c’est loin d’être un détail quand on a déjà subi du screen tearing en pleine partie !

Bon à savoir : la fonctionnalité de rafraîchissement variable doit en général être activée manuellement sur l’écran pour pouvoir en profiter. N’oubliez donc pas d’effectuer les réglages nécessaires pour jouer dans les meilleures conditions !