L'intelligence artificielle oblige de nombreuses entreprises à évoluer et à repenser la manière de gouverner et d'analyser les données, selon les résultats d'une enquête publiée lundi par Gartner.

Basés sur une enquête menée auprès de 479 responsables des données et de l'analyse, des responsables des données et des responsables de l'analyse dans le monde entier, les résultats ont révélé que 61 % des organisations réévaluent leurs modèles opérationnels de données et d'analyse (D&A) en raison de l'impact des technologies d'IA disruptives.

Interrogés sur les changements que les directeurs de l'analyse des données (CDAO) doivent apporter à leur modèle opérationnel de D&A pour l'adapter aux objectifs actuels et futurs, Gartner a constaté que 38 % des personnes interrogées ont déclaré que leur architecture de D&A serait remaniée au cours des 12 à 18 prochains mois.

En outre, 29 % ont déclaré qu'ils réorganiseraient la façon dont ils gèrent les actifs de données et adopteraient et appliqueraient des politiques, pratiques et normes de gouvernance.

« En réponse à l'évolution rapide des technologies de D&A et d'IA, les CDAO ne perdent pas de temps pour apporter des modifications à leur modèle opérationnel », a déclaré Alan D. Duncan, vice-président et analyste de Gartner, dans un communiqué.

« Alors que la gestion du modèle opérationnel D&A de leur organisation augmente d'année en année, aucun autre rôle que le CDAO n'a la responsabilité de bon nombre des principaux catalyseurs de l'IA, qui incluent la gouvernance des données, l'éthique D&A et la maîtrise des données et de l'IA », Duncan a continué.

« L'étendue des responsabilités du rôle de CDAO s'est également élargie à mesure que les contraintes budgétaires et de ressources deviennent encore plus problématiques », a-t-il ajouté.

L'IA comme analogie avec une star musicale

Les résultats de l'enquête, publiés avant le Data & Analytics Summit de Gartner qui se tiendra à Londres en mai, notent que l'IA fait désormais partie des tâches d'une majorité de CDAO, avec 58 % déclarant que l'IA fait partie de leur champ de responsabilités, une augmentation contre 34% en 2023.

« De nombreuses organisations, en particulier dans le secteur privé, redéfinissent l'ensemble de leur modèle commercial basé sur l'IA, que ce soit pour la valeur de l'automatisation, l'excellence opérationnelle ou pour forger de nouvelles voies commerciales », a déclaré Donna Medeiros, directrice analyste principale de Gartner.

« De nombreuses industries utilisent l’IA depuis longtemps, mais la génération IA, en particulier, a fait l’objet de nombreux projets pilotes », a-t-elle déclaré à Technews.fr.

Une autre société de recherche, Forrester, a souligné dans son rapport « L'IA est prête à être mise sous les projecteurs, mais les données et les analyses déterminent si elle brille » que « les résultats des technologies d'IA ne seront bons que dans la mesure où les données qui y sont intégrées, de sorte que les entreprises et la technologie les dirigeants doivent adopter les meilleures pratiques en matière de données et d’analyses afin de maximiser la valeur de leur intelligence artificielle.

« Si l'IA générative est l'acteur vedette de « Business Technology: The Musical, 2024″, les leaders des données et de l'analyse sont les régisseurs », note le rapport, rédigé par l'analyste de Forrester Zeid Khater avec Aaron Katz, Kim Herrington, Jayesh Chaurasia, Brandon. Purcell, Noel Yuhanna, Evan Megan et Jen Barton.

Préparer le terrain pour le succès

Avant que la technologie phare puisse apporter de la valeur à son public de parties prenantes et de clients, les responsables des données et de l'analyse doivent permettre aux personnes, aux processus et aux plates-formes de préparer le terrain pour réussir, a poursuivi Forrester.

« Les équipes de données et d'analyse avant-gardistes savent que les résultats des technologies d'IA ne seront aussi bons que les données qui y sont intégrées, et elles adopteront des plates-formes de données et des pratiques de qualité des données pour prendre en charge (les grands modèles de langage) et les données non structurées ainsi que formation aux compétences en matière de données pour mettre leur personnel dans la meilleure position pour apporter de la valeur avec les nouvelles technologies d'IA », a écrit Khater.

« Le travail effectué en coulisse par les équipes de données et d’analyse déterminera si les nouvelles technologies d’IA échoueront ou brilleront sous les projecteurs lorsqu’elles arriveront sur le devant de la scène », a-t-il ajouté.

Forrester a souligné que l'amélioration de la qualité des données permet aux modèles d'apprentissage automatique d'identifier avec précision les modèles sous-jacents, améliorant ainsi la précision des prédictions.

« Lorsque les organisations donnent la priorité à la qualité des données grâce à des mesures, des évaluations, une surveillance continue et des améliorations rigoureuses, elles améliorent non seulement la fiabilité des modèles, mais réduisent également le risque de conclusions biaisées ou erronées », a noté Khater. « Cette amélioration de la précision des modèles se traduit par des économies de coûts, de meilleurs résultats commerciaux et un avantage concurrentiel. »

Besoin de métriques

Même si les mesures seront importantes pour faire progresser l’IA dans l’entreprise, Gartner a constaté que les CDAO étaient à la traîne dans ce domaine. Il a noté que seulement 49 % des CDAO interrogés ont établi des mesures axées sur les résultats commerciaux qui permettent aux parties prenantes de suivre la valeur D&A. De plus, 34 % n’ont pas établi de mesures de résultats commerciaux pour la D&A.

« 49 % est faible, car cela signifie que moins de la moitié comprennent qu'ils doivent travailler avec l'entreprise pour mettre en place des mesures démontrant la valeur de ce qu'ils accomplissent, car on leur demandera invariablement : « Qu'est-ce que cela signifie ? avons-nous obtenu pour cet investissement ?' », a déclaré Medeiros.

« Le leader de D&A ne peut pas faire cela en vase clos », a-t-elle poursuivi. Leurs pairs sauront ce qui est important pour l'entreprise et quels sont les (indicateurs de performance clés) afin qu'ils puissent accéder aux mesures réelles.

« Les CDAO doivent travailler avec tous les secteurs d'activité pour estimer, pour tous les cas d'utilisation et tous les projets, quel sera l'impact sur le retour sur investissement en fonction des mesures établies pendant la période de planification afin de comprendre ce qu'ils réalisent », a-t-elle expliqué. « Les dirigeants de D&A doivent s'engager avec les gens d'affaires pour établir des mesures et dépasser largement les 49 %. »

« Les CDAO doivent également être à l'aise pour parler de discipline commerciale », a-t-elle ajouté. « Ce n'est pas facile pour beaucoup car ils n'occupent pas le rôle de leader de D&A depuis très longtemps. Pour la plupart, il s'agit encore d'un rôle relativement récent.

Selon l'enquête, seuls 22 % des CDAO sont en poste depuis cinq ans ou plus. Et ceux qui occupent ces emplois ne cherchent pas à y rester, 56 % des CDAO interrogés déclarant qu'ils cherchaient un autre emploi. « C'est parce qu'il y a tellement d'exigences pour ce poste », a déclaré Medeiros.

Jeu de puissance nécessaire

L'enquête Gartner a également révélé que l'élargissement des responsabilités entraîne un coût important pour les CDAO. Parmi les CDAO qui signalent une augmentation d'une année sur l'autre du financement de leur fonction, 46 % signalent toujours les contraintes budgétaires comme un défi.

« Les CDAO qui présentent de meilleures analyses de rentabilisation aux directeurs financiers reçoivent un financement meilleur et plus rapide pour leurs initiatives D&A. Ils bénéficient également d’une plus grande adhésion des dirigeants », a déclaré Duncan.

Gartner a noté que les CDAO doivent accroître leur pouvoir et leur influence pour faire bouger les choses. Ils doivent également comprendre les leviers de valeur et les points faibles de l'organisation de bout en bout pour démontrer leur valeur au conseil d'administration.

« Sinon, d'ici 2026, 75 % des CDAO qui ne parviennent pas à faire de l'influence à l'échelle de l'organisation et de l'impact mesurable leur priorité absolue seront assimilés à des fonctions technologiques », a prédit Duncan.