La Federal Communications Commission (FCC) s'apprête à s'attaquer à un problème urgent : l'utilisation abusive de la technologie des voitures connectées par les agresseurs pour harceler et intimider leurs partenaires.

Afin de freiner cette tendance alarmante, la FCC a annoncé le lancement d'une procédure formelle visant à explorer les moyens d'aider les survivants de violence domestique.

L'initiative examinera comment la FCC peut tirer parti de la législation existante pour garantir que les constructeurs automobiles et les opérateurs de téléphonie sans fil prennent des mesures proactives pour aider les survivants d'abus. Cette décision fait suite aux inquiétudes croissantes concernant les informations selon lesquelles les services de voitures intelligentes seraient exploités pour perpétrer du harcèlement et nuire aux victimes d'abus.

« Aucun survivant de violence domestique et d'abus ne devrait avoir à choisir entre abandonner sa voiture et se laisser traquer et blesser par ceux qui peuvent accéder à sa connectivité et à ses données », a déclaré Jessica Rosenworcel, présidente de la FCC.

« Nous pouvons – et devons – faire davantage pour garantir que ces nouvelles formes de communication contribuent à assurer la sécurité des survivants. »

Les efforts de la FCC s'appuient sur des initiatives de sensibilisation antérieures, notamment la correspondance de la présidente Rosenworcel avec les constructeurs automobiles et les fournisseurs de services sans fil plus tôt cette année. La Commission vise à recueillir des informations sur la prévalence et la nature des services de voitures connectées sur le marché, en sollicitant des commentaires sur d'éventuels ajustements réglementaires pour répondre à leur impact sur les survivants de violence domestique.

En outre, la procédure sollicite des commentaires sur les mesures proactives que les fournisseurs de services de voitures connectées peuvent mettre en œuvre pour protéger les survivants d'une utilisation abusive de leurs services. Cette approche globale souligne l'engagement de la FCC à mettre en œuvre le Safe Connections Act, une législation bipartite autorisant la FCC à aider les survivants de violence domestique en garantissant un accès sécurisé aux communications.

Un aspect notable de la loi est l'obligation pour les prestataires couverts d'offrir des lignes téléphoniques distinctes pour les forfaits familiaux dans lesquels l'agresseur est répertorié, permettant ainsi aux survivants de maintenir leur connectivité tout en se détachant en toute sécurité des forfaits partagés. Cette disposition offre une bouée de sauvetage aux survivants, leur permettant de rester en contact avec leurs réseaux de soutien sans crainte de représailles.

Au fur et à mesure que les débats se déroulent, les parties prenantes et les défenseurs s’attendent à un dialogue solide visant à élaborer des garanties efficaces contre l’utilisation abusive de la technologie des voitures connectées.