Un sommeil sain se déroule en quatre étapes par cycle de sommeil, mais quelle est globalement la meilleure étape de sommeil et pourquoi ? Lorsque nous parlons de la qualité de notre sommeil, nous avons tendance à nous concentrer sur le nombre d'heures que nous avons accumulées chaque nuit, mais les étapes du sommeil sont essentielles à cette conversation.

Bien sûr, il est important d'avoir une idée du nombre d'heures que vous consacrez et la plupart des adultes ont besoin de sept à neuf heures par nuit. Mais la durée du sommeil n'est qu'un aspect qui dicte la qualité de notre sommeil, tout comme si nous dormons ou non sur le matelas le mieux adapté à notre corps et à notre position de sommeil. En fait, le sommeil réparateur dépend en réalité de la relation entre plusieurs étapes clés du sommeil que traverse notre corps pendant la nuit.

Beaucoup d'entre nous ont entendu parler du REM (Rapid Eye Movement), la phase de « rêve » du sommeil, mais en réalité, cette phase n'occupe qu'environ un quart de notre repos nocturne. « Techniquement, il existe quatre étapes du sommeil », explique le Dr Chris Winter, neurologue, spécialiste du sommeil et Dormir débranché animateur de podcast. Mais quelle étape du sommeil est la meilleure et pourquoi ? Nous le découvrons lors de la Semaine de sensibilisation au sommeil 2024…

Quelles sont les quatre étapes du sommeil ?

Lorsqu’il s’agit de dormir, nous avons tendance à y penser soit en termes d’éveil, soit en termes de sommeil. Cependant, il existe quatre phases de sommeil et chacune remplit une fonction vitale en garantissant un repos adéquat. « Un mauvais sommeil peut affecter notre système cardiovasculaire, notre humeur, nos hormones, notre glycémie, notre poids et provoquer des inflammations… la liste est infinie », explique le Dr Winter.

Un sommeil de qualité étant à la base de notre santé globale, il est important de comprendre le rôle clé que joue chaque étape du sommeil. Il existe trois cycles non REM et un cycle REM. Ici, le Dr Winter explique chacun d’eux :

N1 : Il s’agit de la période de transition entre l’éveil et l’endormissement, et cela ne prend qu’environ 5 % de la nuit, soit quelques minutes seulement.

N2 : Bien qu’il s’agisse de la phase de sommeil la plus légère, elle est aussi la plus longue et dure environ la moitié de la nuit. « Le cycle de sommeil le plus long est connu sous le nom de N2, c'est la deuxième étape du sommeil et il s'agit en fait d'un sommeil léger », explique le Dr Winter.

N3 : Cette étape est celle où se déroule notre repos le plus profond, mais elle ne dure qu'environ un quart de la nuit, soit environ une à deux heures.

REM (mouvements oculaires rapides) : Connue sous le nom de phase de sommeil de rêve, cette phase ne prend qu'environ 25 % de la nuit et est importante pour maintenir la concentration, la mémoire et la concentration.

Que se passe-t-il dans un cycle de sommeil ?

Alors, comment pouvons-nous parcourir les étapes du sommeil et, surtout, que se passe-t-il dans chacune d’elles ? « Un épisode de sommeil commence par une courte période de stade N1, suivi des stades N2 et N3 et enfin du stade quatre, REM », explique le Dr Allie Hare, consultante en médecine du sommeil au Royal Brompton Hospital de Londres.

« Cependant, nous ne restons pas en sommeil paradoxal pour le reste de la nuit, mais alternons entre les stades non paradoxaux et paradoxaux tout au long. »

Ici, le Dr Hare révèle pourquoi chaque étape du sommeil est si importante pour notre bien-être général :

Sommeil léger

N1 – Il s’agit de la phase de sommeil la plus légère, la période pendant laquelle vous vous assoupissez et où l’activité cérébrale commence à ralentir.

N2 – C'est un sommeil plus profond que le stade 1, mais ça reste un sommeil léger. Au cours de cette étape, notre fréquence cardiaque et notre température corporelle commencent à baisser, et il est plus difficile de réveiller quelqu'un pendant cette étape qu'en N1. Cette étape semble importante pour la mémoire et l’apprentissage.

Une femme dort paisiblement dans son lit sous une couette blanche, tandis qu'une petite pile de livres est visible sur sa table de chevet.

Sommeil profond

N3 – Le sommeil profond est crucial pour maintenir un système immunitaire et un système glymphatique sains – qui est essentiellement le système d'élimination des déchets de notre cerveau. C’est également important pour la pensée créative et la résolution de problèmes.

« Cette étape est réparatrice, c'est celle où notre corps libère le plus d'hormones de croissance et c'est le sommeil qui garantit que nous n'avons plus sommeil au réveil », explique le Dr Winter.

Rêve vif

REM – C’est là que nous avons la majorité de nos rêves. C'est unique car pendant le REM, nos muscles, à l'exception du diaphragme et des muscles oculaires, sont paralysés ; le diaphragme nous permet de respirer et les muscles oculaires créent les mouvements oculaires rapides que nous ressentons pendant la phase de sommeil.

On pense que cette paralysie est le moyen utilisé par la nature pour nous empêcher de réaliser nos rêves. Le REM est important car l'interaction entre celui-ci et les étapes précédentes non REM est considérée comme importante pour la formation de la mémoire et la gestion de l'espace de stockage limité de notre cerveau.

N3 est la meilleure étape du sommeil – voici pourquoi

Il ne fait aucun doute parmi les experts que chaque étape du sommeil joue un rôle essentiel dans la qualité globale de notre sommeil. «On pense que la plupart des travaux de réparation ont lieu pendant la phase N3, la phase de sommeil profond», explique le Dr Hare.

« Ici, notre système glymphatique se met au travail. C'est le réseau vital qui élimine les déchets sous forme de protéines solubles et de métabolites du système nerveux central, et il fournit également au système nerveux central du cerveau du glucose et des lipides essentiels.

Femme dormant sur le côté

Il fournit également à notre cerveau des neuromodulateurs comme la dopamine et la sérotonine qui aident à réguler notre humeur. Pendant le sommeil profond, le système glymphatique filtre en permanence les toxines du cerveau, notamment celles liées à l'accumulation de plaque amyloïde, associée à la maladie d'Alzheimer.

Que se passe-t-il lorsque vous sautez une phase de sommeil ?

Une nuit de sommeil interrompue peut provoquer un trouble cognitif. « L'impact du manque de sommeil va bien au-delà du simple saut d'un cycle de sommeil », explique le Dr Hare. « Ainsi, outre la sensation de fatigue, vous pourriez avoir des problèmes de concentration, de mémoire à court terme, de mauvaise humeur et, si vous souffrez d'un manque chronique de sommeil. sommeil, sensibilité accrue aux virus.

Un horaire veille/sommeil régulier est important pour entraîner nos rythmes circadiens afin que nous puissions nous endormir de manière plus fiable.

Alors, comment pouvons-nous nous assurer de ne pas interrompre nos cycles naturels de sommeil ? « Changer l'heure à laquelle vous vous couchez ne vous fera probablement pas « sauter » un cycle de sommeil », explique le Dr Hare. « Mais se réveiller plus tôt que d’habitude signifie que vous risquez de manquer un peu de sommeil, qui aura tendance à être du sommeil paradoxal, car celui-ci est plus prédominant dans la seconde moitié de la nuit.

« Il est donc important d'avoir un horaire veille/sommeil régulier pour entraîner nos rythmes circadiens afin que nous puissions continuer à nous endormir de manière plus fiable et à nous réveiller quand nous le voulons. »