Il semble qu'Apple se prépare à diviser l'App Store en deux, une version pour l'Union européenne (UE) et une pour le reste du monde, selon Mark Gurman de Bloomberg.

Dans sa newsletter Power On, Gurman a expliqué comment Apple s'efforce actuellement de rendre sa boutique d'applications conforme à la loi sur le marketing numérique de l'UE. Cela impliquerait qu'Apple divise l'App Store en deux : une version pour la majorité du monde et l'autre pour l'UE.

En vertu du règlement, les personnes vivant dans l’UE devraient pouvoir installer des applications en dehors du magasin par défaut, utiliser des processeurs de paiement autres qu’Apple et bénéficier d’une meilleure intégration entre les applications et fonctionnalités propriétaires et tierces.

Il y a eu beaucoup de déception qu'Apple n'ait pas autorisé le chargement latéral d'applications avec iOS 17, comme cela avait été suggéré. Craig Federighi, vice-président de l'ingénierie logicielle d'Apple, et donc visage efficace d'iOS, a déclaré lors de la WWDC 2023 : « Nous voulons nous assurer que tout ce que nous faisons est la bonne chose pour nos clients et la sécurité de nos clients », en ce qui concerne chargement latéral dans iOS 17. Il a également mentionné qu'ils travaillaient à l'époque avec l'UE sur ce à quoi ressemblerait une conformité sûre.

Gurman a émis l'hypothèse que cela pourrait entraîner une perte de profit potentielle pour Apple, puisque les utilisateurs pourraient acheter leurs applications via et à partir d'autres sources. Il est également probable que d’autres pays pourraient emboîter le pas et chercher à réduire le prétendu monopole détenu par Apple. Selon certaines rumeurs, le Japon envisageait une voie juridique similaire, même si cela n'a pas encore été confirmé.

Gameplay sur iPhone 15 Pro Max

L’un des principaux obstacles pour Apple est de contrôler les menaces de sécurité potentielles qui pourraient découler de l’ouverture de son écosystème logiciel. De récentes failles de sécurité dans l’App Store au début de 2023 ont clairement montré qu’Apple n’était pas préparé à faire face à ce type de menace de sécurité. En tant que tel, Apple devra trouver un moyen de protéger ses clients lorsque la commande sera appliquée, ou indiquer clairement que s'aventurer en dehors de l'App Store se fait à ses propres risques.

La question des monopoles technologiques dure depuis des décennies, mais il semble que de nombreux grands noms soient actuellement en difficulté. Par exemple, Google a récemment perdu son procès contre Epic concernant les monopoles des magasins d'applications, bien que Google ait l'intention de faire appel du résultat. À moins qu'Apple n'imagine ses chances face à l'UE, elle devra suivre les règles du DMA et diviser l'App Store. Mais il reste à voir s'il s'agira d'une véritable ouverture de l'App Store aux citoyens de l'UE, ou simplement d'un effort timide qui remplit les obligations légales d'Apple et rien d'autre.