Hier, il est devenu clair qu'Apple étudiait des moyens de permettre aux grands modèles de langage (LLM) de s'exécuter sur des appareils à faible mémoire comme les iPhones, ce qui pourrait conduire l'entreprise à libérer l'IA dans iOS 18. Aujourd'hui, nous avons un aperçu de la façon dont Apple cherche à se différencier des ChatGPT de ce monde.

Le New York Times révèle qu'au lieu de supprimer Internet et les livres pour enseigner les systèmes d'IA générative, Apple recherche quelque chose d'un peu plus contrôlé, fiable et juridiquement étanche. Selon quatre initiés, la société a contacté divers éditeurs proposant des contrats de licence pluriannuels « d’une valeur d’au moins 50 millions de dollars » dans le but de former l’IA sur des articles de presse.

L'article en cite trois : Condé Nast (qui publie Vogue, The New Yorker et Wired), IAC (People, Entertainment Weekly et The Daily Beast) et NBC News.

Cette approche présente des avantages et des inconvénients. D’une part, s’adresser à des éditeurs professionnels évite les inconvénients de tirer les leçons de la folie, de la propagande et de la falsification de l’Internet au sens large, ce qui pourrait être ce que Tim Cook voulait dire lorsqu’il a déclaré qu’Apple poursuivrait l’IA générative de manière « responsable ». D’un autre côté, il s’agit d’un bassin d’apprentissage nettement plus restreint, ce qui pourrait entraîner de grandes lacunes dans les connaissances dans un hypothétique Apple GPT.

La question de savoir si cela désavantagera l'IA d'Apple par rapport à ChatGPT dépend en partie de la raison pour laquelle Apple a l'intention de l'utiliser. Et apparemment, la société est restée assez vague à ce sujet, même lors des discussions avec les éditeurs. L’une des raisons pour lesquelles certains éditeurs ont hésité à conclure cet accord est qu’Apple pourrait finir par utiliser l’IA générative pour diffuser des informations sur ses appareils, ce qui en ferait un concurrent plutôt qu’un partenaire.

Un autre point de friction possible est que le discours d'Apple aurait déclaré que les éditeurs pourraient potentiellement être « tenus responsables de toute responsabilité juridique » découlant de l'intégration de l'IA. C’est un peu un chèque en blanc que toute entreprise doit signer, quel que soit le montant du paiement initial.

Cependant, malgré le scepticisme de certains éditeurs, d'autres seraient « optimistes quant au fait que l'approche d'Apple pourrait éventuellement conduire à un partenariat significatif ».

Cela s'explique en partie par le fait qu'Apple demandant l'autorisation – et offrant une compensation importante – pour l'utilisation du contenu des éditeurs contraste fortement avec d'autres sociétés d'IA, qui ont été accusées de bafouer la loi sur le droit d'auteur. Open AI, Meta et Stability AI ont tous été visés par des poursuites judiciaires intentées par des auteurs alléguant que leurs livres avaient été illégalement utilisés à des fins de formation.

Le rapport du New York Times affirme qu’Apple hésite à enseigner son modèle d’IA via Internet, « en partie à cause de son engagement en faveur de la confidentialité ». Même si cela n’est peut-être qu’une illusion, il sera intéressant de voir si cela place Apple dans une situation de désavantage concurrentiel rare alors que la course à l’IA s’intensifie en 2024.