Partagez l'article !Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Share on LinkedIn1Pin on Pinterest1Share on StumbleUpon1Share on Tumblr0

loon-projet-google-tech-news-fr-logo

Le fameux laboratoire “secret” Google X, notamment à l’origine des google glass, frappe fort une nouvelle fois. Il a en effet lancé un projet plutôt surprenant baptisé «Loon», un raccourci de «balloon» (ballon en anglais), qui signifie aussi «dingue». J’aurais pas trouvé meilleur adjectif.

Des ballons oui mais pourquoi ?

“Deux tiers de la population mondiale n’ont toujours pas accès à une connexion rapide et bon marché”

Cette citation est la raison de la motivation de Google. Le but de ce projet est de fournir de l’accès internet aux pays défavorisés par des ballons stratosphériques gonflés à l’hélium. En multipliant les ballons dans le ciel un vrai réseau se construit. Les ballons peuvent communiquer entre eux et ainsi relayer les signaux. Trente premiers ballons viennent d’être lancés depuis la Nouvelle Zélande.

“Nous n’en sommes qu’aux balbutiements du projet, mais nous avons d’ores et déjà conçu un système qui utilise des ballons, transportés par le vent à des altitudes deux fois supérieures à celles des vols commerciaux, pour fournir un accès à internet à des vitesses comparables, voire supérieures à celles des réseaux 3G actuels.(déclaration de Google lors de la présentation du projet).

La technologie

Pour mieux comprendre comment cela fonctionne et la technologie associée, regardez cette vidéo explicative :

“Nous travaillons au sol en partenariat avec un fournisseur de services internet: des faisceaux de signaux sont envoyés vers le ballon, qui les renvoie vers le sol en direction d’antennes ou boîtiers (placés par exemple sur les toits de maisons). Le ballon a en quelque sorte une fonction de miroir réfléchissant”, explique M. DeVaul. (un des directeurs du laboratoire GoogleX)

L’électronique embarquée est alimentée en énergie par un panneau photovoltaïque. Chaque ballon assurerait la couverture internet d’une zone de 1200 km carré.

Le projet est encore très expérimental et pourtant Google est très ambitieux. Après la Nouvelle Zélande, Google pense à des pays comme l’Afrique du sud, l’Uruguay, l’Australie ou encore le Chili pour continuer d’étendre son réseau.

Sourcegoogle.com/loon

Vous avez aimé cet article ? Partagez le !

Partagez l'article !Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Share on LinkedIn1Pin on Pinterest1Share on StumbleUpon1Share on Tumblr0