Partagez l'article !Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Share on LinkedIn0Pin on Pinterest0Share on StumbleUpon0Share on Tumblr0

Free vient d’être condamné à 100 000 euros d’amende et 40 000 euros de dommages et intérêts pour avoir bridé la connexion de ses clients. C’est le tribunal correctionnel de Paris qui annoncé cette condamnation le 8 février.

L’affaire est ancienne et date de 2007 : Free était accusé de brider la connexion de certains de ses clients. Le problème touche uniquement les clients qui ne sont pas dégroupés par l’opérateur : Free limitait volontairement la bande passante de ces derniers, a priori pour des raisons financières. La raison est assez simple : comme Free loue les lignes de France Telecom pour ces derniers, les coûts peuvent monter très rapidement si un utilisateur consomme beaucoup de bande passante. Comme l’expliquent nos confrères de Numerama, certains logiciels de P2P étaient par exemple « brouillés », ce qui limitait la bande passante utilisée par le client et donc — mécaniquement — les coûts pour Free.

Rappelons que les utilisateurs en zones non dégroupées paient plus que les autres (36 € par mois) et ne peuvent pas recevoir la télévision par ADSL ou profiter de l’assistance de proximité. De même, les clients reçoivent uniquement un boîtier Freebox V5 (le modem) et ne peuvent pas profiter de la Freebox V6, alias Révolution. Notons toutefois que le réseau de Free est essentiellement dégroupé : plus de 85 % des clients de la société sont dégroupés.

Source : presence-pc.com

 

Partagez l'article !Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Share on LinkedIn0Pin on Pinterest0Share on StumbleUpon0Share on Tumblr0